L’alternance est une méthode d’apprentissage sur le terrain : les élèves acquièrent leurs compétences en situation de travail réelle. Son importance ne doit pas être sous-estimée. L’objectif de la formation en alternance est de parvenir à une situation gagnant-gagnant, offrant de multiples avantages tant pour les jeunes que pour les écoles participantes et les entreprises de formation. Vous souhaitez en savoir plus ? Lisez l’expérience de Daikin et Panasonic.


L’alternance chez Daikin, fabricant de solutions de climatisation et de pompes à chaleur

Qu’est-ce qui vous a incités à vous lancer dans l’alternance ?

Frank Travers, Petrus & Paulus West :  » Notre école aime faire office de pionnier. Lorsque l’alternance a commencé à se développer, nous avons donc tout de suite voulu faire partie de l’aventure. Deux de nos élèves sont formés en entreprise dans le cadre de la formation en alternance Techniques électromécaniques (EMT). Cette formation répond aux besoins des entreprises et est en outre très variée. Par ailleurs, nous avions beaucoup à apporter au niveau du contenu du programme de cette nouvelle formation.  »

Peter Benoot, Daikin :  » L’on observe une forte progression de l’automatisation au sein de l’industrie (Industry 4.0, Factory of the Future) mais jusqu’ici, il n’existait pas encore de formation spécifiquement axée sur ce domaine. C’est désormais le cas avec la formation en alternance EMT. Notre seconde motivation était davantage une question de relations publiques : nous souhaitions mieux faire connaître Daikin au sein du monde académique. Troisièmement, nous souhaitions redorer l’image du secteur technique en montrant que la technologie n’est pas forcément ennuyeuse et offre en outre de nombreuses possibilités d’avenir.  »

Que vous a apporté cette collaboration ?

Frank Travers, Petrus & Paulus West :  » L’alternance permet un échange d’expériences intéressant, y compris avec d’autres écoles et entreprises via les communautés d’apprentissage. Les entreprises ont des attentes plus réalistes vis-à-vis de l’école : elles ne partent plus du principe que les élèves doivent pouvoir tout faire mais prennent conscience qu’un degré de difficulté croissant doit être assuré. Cela confère en outre une certaine notoriété. Et puis surtout : c’est une forme de recrutement judicieuse.  »

Peter Benoot, Daikin :  » À l’époque, nous travaillions déjà depuis quelques années sur un projet de formation pour nos techniciens. Grâce à ce projet, nous avons également pu mettre en place une formation en alternance en interne. Nous offrons la possibilité à nos collaborateurs internes qui souhaitent évoluer sur le plan technique mais ne possèdent pas les connaissances de base requises d’acquérir ces connaissances par le biais d’une formation en alternance semblable. Nous adoptons à cet effet la même approche opérationnelle. Nous avons ainsi créé un livre d’exercices et une boîte à outils d’entraînement mobile. Cela nous a demandé pas mal de travail, c’est certain, mais cela en valait la peine.  »

Qu’en pensent les élèves ?

Frank Travers, Petrus & Paulus West :  » Cette méthode d’apprentissage en entreprise est plus motivante pour les élèves. Ils y apprennent plus vite qu’à l’école car la formation y est plus individuelle et ils sont extrêmement fiers de pouvoir déjà exercer seuls certaines tâches. L’alternance leur fait également gagner rapidement en maturité, à tel point que certains parents nous disent ne plus reconnaître leur enfant.  »

Peter Benoot, Daikin :  » Les élèves sont confrontés à la mentalité d’entreprise et découvrent comment cela se passe dans la réalité. Nous allons de plus en plus loin, étape par étape. Nous voulons les encourager à réfléchir de manière axée sur la résolution de problèmes. Nous leur donnons des exercices sans leur mâcher le travail, afin de les pousser à réfléchir à ce qui leur est demandé.  »

L’alternance chez Panasonic

Qu’est-ce qui vous a incités à vous lancer dans l’alternance ?

Luc Lens, Technisch Heilig-Hartinstituut Tessenderlo :  » Quelle que soit la filière choisie, je pense qu’aucun élève n’aime rester assis 8 heures par jour sur les bancs de l’école. L’alternance nous permet, en tant qu’école, de faire acquérir aux élèves les compétences demandées par l’industrie. Au total, neuf de nos élèves suivent la formation en alternance Techniques électromécaniques. Ils ont été placés par groupes de trois au sein de l’une de nos entreprises de formation : Arcomet, Vynova et Panasonic.  »

Kurt Sneyers, Panasonic :  » Notre principale motivation a été la suivante : préparer efficacement l’avenir. La technologie évolue à un rythme effréné et chaque jour, de nouvelles applications font leur apparition au sein de l’entreprise. Nous souhaitions renforcer notre expertise et faire évoluer les tuteurs de la formation en alternance en de véritables formateurs.  »

Que vous a apporté cette collaboration ?

Luc Lens, THHI Tessenderlo :  » En tant qu’enseignant, vous voyez votre fonction évoluer. Vous devez toujours former les élèves mais davantage en tant que coach. Nous rendons également visite aux élèves dans les entreprises. Cela nous permet de découvrir, en tant qu’enseignants, quels éléments du programme d’études sont les plus pertinents pour l’industrie et de mieux axer la matière sur les besoins futurs de nos élèves.  »

Kurt Sneyers, Panasonic :  » Grâce à l’alternance, nous pouvons aussi mieux former notre personnel. Ainsi, les fiches de cours préparées pour les élèves, sur les techniques de caméra par exemple, peuvent également être utilisées pour former nos propres collaborateurs. La collaboration avec l’école est excellente, à tel point que nous allons l’étendre dès la prochaine rentrée scolaire. Ainsi, nous pourrions mettre notre local de formation à la disposition des enseignants pour les cours théoriques. Et inversement : nos techniciens pourraient suivre certains cours spécifiques à l’école afin de se perfectionner.  »

Qu’en pensent les élèves ?

Luc Lens, THHI Tessenderlo :  » Nous observons un réel impact sur la motivation des élèves. Ils voient toujours de la théorie mais peuvent immédiatement faire le lien avec la pratique au sein d’une entreprise déterminée.  »

Kurt Sneyers, Panasonic :  » Cela permet aux élèves de renforcer considérablement leurs connaissances. Souvent, nous avons l’impression qu’ils retiennent mieux ce que nous leur enseignons sur le terrain que ce qui leur est enseigné de manière plus scolaire. Les élèves sont donc très motivés et veulent en faire plus. Certains décident même de compléter leurs études par une formation HBO5 (enseignement supérieur professionnel en Flandre) ou un bachelier. La formation en alternance Techniques électromécaniques est une formation technique, pas une formation professionnelle.  »